jeudi 5 novembre 2015

Fay ce que vouldras


Toute leur vie estoit employée non par loix, statuz ou reigles, mais selon leur vouloir et franc arbitre. Se levoient du lict quand bon leur sembloit : beuvoient, mangeoient, travailloient, dormoient quand le desir leur venoit. Nul ne les esveilloit, nul ne les parforceoit ny à boyre ny a manger, ny à faire chose aultre quelconques. Ainsi l'avoit estably Gargantua. En leur reigle n'estoit que ceste clause. Fay ce que vouldras. Parce que gens liberes, biens nez, bien instruictz, conversans en compaignies honnestes ont par nature un instinct, et aiguillon, qui tousjours les poulse à faictz vertueux, et retire du vice, lequel ilz nommoient honneur.

François Rabelais, Gargantua.

3 commentaires:

Un partageux a dit…

On devrait faire lire ces lignes à nombre de gens de gauche qui ne conçoivent que la coercition en réponse à toutes les déviances du droit chemin.

lucm.reze a dit…

J'attends une hypothétique et lointaine retraite pour goûter à plein temps à cette vie de thélèmien.

Le Promeneur a dit…

L'idéal serait de pouvoir la goûter aujourd'hui. Mais le pouvons-nous ? Le pouvons-nous ?